Julian Assange: "Téléphones et disques durs du monde entier sont sur surveillance, à quoi s'ajoute la coopération d'entreprises comme Google. "

 Julian Assange : "Aucun citoyen européen n'est à l'abri"

ASSANGE-2-MARS-2015-CYBERISQUES-NEWS

 

7h45, lundi 2 mars 2015 : Thomas Sotto (Europe1) recevait Julian Assange, fondateur de Wikileaks -

VIDEO: http://www.europe1.fr/mediacenter/emissions/l-interview-verite-thomas-sotto/videos/assange-la-russie-ne-m-a-pas-accuse-d-espionnage-les-etats-unis-si-2387191 (1)

 

On entend parler de vous depuis des années mais qui est Julien Assange ? Justicier, illuminé, résistant, mégalo ?

"Je ne sais pas ! Si vous lisez la presse, tous ces qualificatifs et bien d'autres ont été utilisés ! Tortionnaire de chats, agent du Mossad et j'en passe..."

 

Comment vous vous définissez ?

"Vous savez que j'ai étudié la physique pendant très longtemps alors, qu'est-ce que je fais ? Je m'efforce de faire en sorte que les êtres humains aient accès à des informations auxquelles ils n'ont pas accès autrement. Habituellement, ce sont des informations qui sont censurées mais elles sont précieuses pour nous permettre de mieux comprendre notre environnement et faire advenir la Justice ! Ce n'est pas systématiquement le cas mais de même que pour comprendre le monde et être civilisé, il est indispensable de savoir lire et écrire, l'accès à ces informations est également essentiel."

 

Wikileaks aura 10 ans l'an prochain. Vous ne craignez pas d'alimenter une grande théorie du complot mondial ?

"Je suis assez agacé par les théoriciens du complotpour une raison très simple !Au quotidien, nous publions des documents sur les agissements effectifs des gouvernements concernés ! Il n'y a rien qui concerne des extra-terrestres ou des aliens, rien de tel, mais bien des manoeuvres géopolitiques secrètes qui vont à l'encontre de l'intérêt du public ! Il me semble que c'est là-dessus que les gens devraient se concentrer !"

 

Le chef de ces manipulateurs s'appelle Barack Obama ?

"J'aimerais le croire ! Ce serait très confortable de croire que le monde est aussi simple que cela et que les responsables que nous élisons, ou non, sont effectivement ceux qui gèrent le monde ! Malheureusement, les choses ne fonctionent pas comme cela ! Nous voyons l'émergence progressive d'un véritable régime de surveillance de masse parfaitement Orwellien, qui est le fait principalement des gouvernements américains et britanniques, mais auxquels s'associent 38 autres pays ! Téléphones et disques durs du monde entier sont sur surveillance, à quoi s'ajoute la coopération d'entreprises comme Google. Je crois que tout cela rend le monde très vulnérable et fait planer une véritable menace sur le monde contemporain."

 

Et la France ?

"Pendant longtemps, la France a également disposé d'un régime de surveillance assez agressif, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du territoire mais ce régime est resté insignifiant comparé aux systèmes mis en place par le Royaume-Uni ou les USA. En théorie, la France doit encore avoir la capacité d'assurer son indépendance par rapport au reste du monde occidental. En pratique, le niveau d'investissementaméricain en France, et inversement les investissementsfrançais aux USA, les accords d'échange de renseignements, ont largement affaibli cette position et cette capacité théorique d'indépendance. Il est bien possible qu'il soit trop tard aujourd'hui pour que la France retrouve cete indépendance. On sait que nous avons en France des collaborateurs auxquels nous tenons beaucoup, la France est un pays important pour Wikileaks en tant qu'organisation, mais la France a également un rôle important à jouer pour l'indépendance européenne."

 

Edward Snowden : les USA veulent le juger, il a trouvé refuge en Russie. On se demande si vous n'êtes pas instrumentalisé, marionnette de Poutine ?

(Rires.) "La réponse est facile : c'est non ! Je sais de quoi je parle : les USA ont essayé d'arrêter Edward Snowden à Hong-Kong afin d'organiser son extradiction, cela aurait constitué un symbole extraordinairement négatif pour la liberté d'expression et aurait envoyé un très mauvais signal à tous les lanceurs d'alerte. Voilà pourquoi nous avons envoyé une de nos journalistes et conseiller juridique à Hong-Kong, nous avons facilité sa sortie et bien sûr Snowden a fini en Russie. Cela pour une raison très simple : tandis qu'il était en route vers l'Amérique Latine, les USA ont annulé son passeport ! Il ne pouvait plus quitter le territoire russe ! Son billet d'avion devait l'amener à Cuba. Le gouvernement américain a annulé son passeport. Pourquoi ont-ils fait quelque chose d'aussi imbécile ? Parce que les services américains sont incompétents ! Tous ces services étaient en train de chasser Edward Snowden, et nous l'équipe de Wikileaks les avons pourtant battus ! Ca représente une lueur d'espoir pour les éditeurs indépendants et pour l'Europe."

 

De fait, ne devenez-vous pas une sorte d'allié de Poutine face aux USA ?

"La Russie ne m'a pas accusé d'espionnage, les USA si ! Je ne suis pas seul dans ce cas-là, les USA en veulent à un grand nombre de personnes, ils ont effectué des descentes policières aux domiciles de 80 personnes et plus, les USA ont placé un grand nombre de mes amis derrière les barreaux, ils ont mis en place un système de surveillance de l'ensemble des internautes et je pèse mes mots ! Aucun citoyen européen, où qu'il se trouve, n'est à l'abri de ce programme de surveillance !"

 

Nous sommes à l'ambassade d'Equateur à Londres. Si vous en sortez, vous serez arrêté et extradé vers la Suède où deux femmes ont porté plainte pour agression sexuelle et viol. Vous êtes innocent ?

"Oui !"

 

Pourquoi ne pas aller le prouver en vous présentant à la justice suédoise ?

"Je me suis rendu en Suède, j'y ai passé du temps. Les accusations ont été abandonnées en Suède et ressuscitées juste après la publication de nos documents ! Voilà pourquoi nous sommes aussi méfiants vis à vis de la Suède. Si les enquêteurs suédois souhaitent me poser des questions, ils peuvent parfaitement m'appeler, venir ici au Royaume-Uni, un grand nombre de procédures peuvent être  utilisées en l'espèce."

 

Depuis plus de deux ans, vous êtes dans cette ambassade sombre, sans cour, sans jardin. En août, vous avez dit que vous alliez partir sous peu. Vous allez rester jusqu'à quand ?

"C'est une question très amusante ! Je n'ai jamais déclaré que je quitterais bientôt l'ambassade ! Ce sont des propos attribuables à la presse de Murdoch qui a d'ailleurs déclaré que j'étais prêt à sortir de cette ambassade pour me faire arrêter immédiatement : c'est une pure invention ! En ce qui concerne ma situation présente, je dirais que la surveillance dont je fais l'objet est illégale, le fait que tous mes visiteurs soient passés au crible présente des difficultés pour mon travail, mais je crois que c'est vraiment la menace qui plane sur ma famille, mes enfants, qui me pèse le plus. Eux n'ont rien demandé."

 

Votre avenir, vous le voyez comment ?

"Je crois que mes circonstances présentes resteront inchangées pendant assez longtemps."

 

Vous resterez là des années s'il le faut ?

"Si on compare ma situation actuelle à celle qui serait la mienne aux USA, je crois que mes circonstances présentes sont bien meilleures ! La vie est difficile bien entendu, par certains côtés : contrairement à des détenus de droit commun je n'ai aucune opportunité d'exercice physique, ça c'est un aspect assez difficile. Je sais que si je devais effectivement finir aux USA, je me batterais  très certainement, et il en coûterait, croyez-moi, politiquement, au gouvernement américain, que de me faire tomber."

 

Quelle prochaine bombe sortira Wikileaks ?

"Si je réponds à cette question, ce sera votre bombe et plus la mienne !"

(1) cf  Texte fourni par Europe

 

Les dossiers de Cyber Risques News

CYBERISQUES.COM premier service de Veille "Business & Cyber Risks" pour les dirigeants et membres des COMEX/CODIR

Renseignements   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Informations supplémentaires